MENU

Sous La Loupe | Espoir LNH de Novembre : Xavier Bourgault

 

Xavier Bourgault est à la fois un joueur et une personne bien spécial. Le modeste et humble joueur étoile des Cataractes de Shawinigan a rêvé toute sa vie de jouer sous les projecteurs de la LNH.

Aussi farfelu que ce rêve ait déjà semblé pour un petit gars de L’Islet, Québec, le chemin qui mène vers ce même rêve est soudainement un peu plus clair aujourd’hui.

« J’attends ce moment depuis longtemps, donc je vais continuer de travailler fort cette saison pour atteindre mon objectif de me faire repêcher en première ronde », dit Bourgault. « C’est une grosse année pour moi. Mais personnellement, je tente de ne pas trop me mettre la pression d’avoir une bonne année. »

Avec un objectif aussi précis en tête, Bourgault est capable d’approcher la présente saison étape par étape, sachant très bien qu’il ne peut que contrôler ses propres actions au quotidien.

« En ce qui concerne la pression, ma famille, mes coéquipiers et Mavrik [Bourque] continuent de m’aider à la gérer », dit-il. « Je réalise qu’il y aura beaucoup de pression à chaque jour. Mais mon but ultime est de devenir un joueur de la LNH, et je ne manquerai pas ma chance d’y parvenir. »

« Je sais que c’est beaucoup de pression de se faire repêcher », ajoute Bourgault. « Mais c’est cette pression qui m’aide à travailler plus fort à tous les jours dans le gymnase et sur la glace, en pratique et dans les matchs. »

Bourgault a un niveau de combativité qui rivalise avec son talent, ce qui lui donne une combinaison fatale. Le prisé attaquant a connu une solide deuxième saison avec Shawinigan l’année dernière, saison dans laquelle il a trouvé le fond du filet à 33 reprises en plus d’ajouter 38 aides en 68 matchs.

Mais le marqueur d’élite, qui espère imiter son coéquipier Mavrik Bourque en devenant le prochain attaquant des Cataractes à être sélectionné en première ronde du Repêchage LNH, sait que le travail ne cesse jamais pour les espoirs de premier plan. Encore moins dans une année qui présente habituellement des tests physiques et d’innombrables entrevues avec les équipes de la LNH.

« Je dois d’abord m’entraîner au gym pour devenir plus fort », a reconnu Bourgault. « Au prochain niveau, les gars sont très forts et rapides, donc je travaille beaucoup sur ma vitesse et mon explosivité ces jours-ci. »

« J’ai besoin d’être plus rapide dans la zone neutre pour être plus efficace », ajoute le joueur de 18 ans. « Je dois continuer de travailler sur mon jeu en zone défensive et dans les deux sens de la patinoire. Je dois mettre plus d’emphase sur ces aspects-là de mon jeu, afin de devenir un joueur plus complet, et de me rendre au prochain niveau. »

Un des trois joueurs de la LHJMQ à être projeté comme choix de première ronde après avoir reçu une cote de « A » par la Centrale de recrutement de la LNH, Bourgault est déterminé à faire tout ce que ça prendra pour aider les Cataractes cette saison.

« Shawinigan est une très bonne organisation. Nous avons un groupe talentueux qui est formé de vraiment bons gars », admet-il. « En tant qu’un des leaders de l’équipe, je tente de montrer aux plus jeunes ce que ça prend [pour gagner] à chaque soir. »

bourgault

Le rapide ailier, qui peut marquer de pas mal n’importe où sur la glace, possède d’incroyables aptitudes avec la rondelle ainsi qu’un tir très précis qui est digne des pros. Dans son style de jeu, l’attaquant de 18 ans tente d’imiter deux joueurs de la LNH en particulier, et il adonne que les deux jouent pour son équipe de la LNH préférée.

« J’aime vraiment Patrice Bergeron et David Pastrnak des Bruins », admet Bourgault. « J’aime vraiment voir Pasta jouer, il est tellement bon offensivement. Et Bergeron, il est tellement un joueur complet. »

« J’aime aussi regarder TJ Oshie », ajoute-t-il. « Comme moi, il est bon dans les espaces restreints et il aime marquer des buts. Il est créatif et il amène également beaucoup de vitesse par son jeu. »

Les recruteurs de la LNH aiment tout autant ce qu’ils voient du jeu de Bourgault jusqu’à maintenant. La plupart d’entre eux croient que son style de jeu va s’accorder parfaitement au prochain niveau.

« Xavier peut jouer aux trois positions d’attaquant et il apporte différents attributs à chacune d’elles », a mentionné un recruteur de la LNH. « Il saute rapidement sur la rondelle, il adore la pourchasser et il aime batailler dans son style de jeu. Il adore s’impliquer. »

« Il peut exécuter des jeux dans les plus petits espaces et il a un bon sens du hockey », a mentionné un autre dépisteur de la LNH. « Xavier possède de bons instincts offensifs; il sait repérer les ouvertures et anticiper le jeu. Il est un bon patineur, très rapide et agile. »

« Xavier est aussi un solide porteur de rondelle qui possède une bonne combinaison en tant que fabricant de jeu et de marqueur naturel », a ajouté le recruteur. « Il a une bonne vision ainsi qu’un bon tir du poignet, qu’il décoche rapidement. »

En sachant qu’autant de recruteurs n’ont que des bons mots à dire sur l’attaquant, quel atout principal Bourgault possède-t-il qui pourrait l’aider à s’intégrer au prochain niveau? Selon lui, c’est sa polyvalence qui pourrait être un attribut considérable pour les clubs de la LNH.

« Je suis arrivé à Shawinigan en tant que centre, mais l’an dernier j’ai joué sur l’aile avec Mavrik et je pense que ça a super bien été », dit-il. « Cette année, je suis sur l’aile encore. Je peux jouer aux deux positions, ce n’est vraiment pas un problème. »

L’espoir de première classe donne rapidement le crédit de ses succès à son entraineur du Bantam AAA, Simon Olivier, et à ses parents. Ils ont toujours cru en lui, mais ils ont aussi inculqué en lui l’importance d’avoir une bonne éthique de travail, et comment tout ça se relie à la vie et au hockey.

« Mes parents m’ont tellement aidé. Ils ont travaillé très fort afin que je puisse jouer au hockey », Bourgault mentionne fièrement. « Ils sont un très bon exemple de discipline et de dévouement. »

« Simon m’a beaucoup aidé lui aussi. Il m’a montré ce que ça prenait pour devenir un pro », a ajouté l’attaquant des Cataractes. « Bantam est le moment où j’ai commencé à songer à devenir un hockeyeur professionnel et Simon occupait un grand rôle dans ma vie à ce moment-là. De la nutrition, à l’hydratation, à la récupération, il m’en a beaucoup montré. Encore aujourd’hui je suis discipliné dans tout ce que je fais. »

Sachant comment loin il est rendu depuis ces jours-là, il sera intéressant de voir ce que ça représenterait pour Bourgault et sa famille s’il devait entendre son nom être prononcé au Repêchage LNH plus tard cette année.

« Évidemment, ça va être le moment le plus important de ma vie », dit-il avec enthousiasme. « En ce moment, je ne peux pas vous dire comment je vais me sentir, mais il y aura certainement beaucoup de fierté et beaucoup de satisfaction pour toutes les personnes qui m’ont aidé au courant de ma carrière. Ma famille et moi avons travaillé fort pour se rendre jusqu’ici. »

Heureusement pour Bougault, on dit que le travail acharné porte fruit.

SHA_BourgaultXavier_20192020_3

plus de nouvelles
La LHJMQ annonce des changements de calendrier dans les Maritimes
Il y a 7 heures
Équipe de la semaine Vidéotron | 2020-2021 | Semaine 10
Il y a 8 heures
Joueur de la semaine Ultramar | Samuel Hlavaj (25 janvier 2021)
Il y a 10 heures
10:19
Tout un retour pour Raska! Remparts 5 Océanic 7
Il y a 1 journée
5:42
Yanick Jean atteint le plateau des 500 victoires dans la LHJMQ ! Drakkar 2 Saguenéens 3
Il y a 1 journée
3:26
Une belle performance de la part de Lapenna! Olympiques 1 Voltigeurs 4
Il y a 1 journée