MENU

Le retour des Cats | Mondou se souvient avec émotion du Championnat de 2012

 

Le directeur général des Cataractes de Shawinigan, Martin Mondou, connaît bien les attentes qui viennent avec la direction d’une équipe qui participe à la Coupe Memorial.

Par conséquent, certaines des expériences vécues par son club à Saint John au cours des derniers jours lui sont familières.

Mais lorsque vous êtes les hôtes de l’événement, cette pression devient beaucoup plus prononcée. C’est la situation difficile à laquelle Mondou et les Cataractes ont été confrontés il y a exactement dix ans.

« C’était une situation amusante, mais stressante », se souvient-il. « Nous avons fait de notre mieux pour nous y préparer, mais il y a quand même beaucoup d’attentes qui viennent avec (le fait d’être l’équipe hôtesse). Ce fut la plus difficile de mes saisons à Shawinigan. Les échanges ont été difficiles, puisque les autres équipes savent que tu vas jusqu’au bout. Mais, à la fin de la journée, il fallait faire face à tout ça et essayer de trouver une façon de gagner une Coupe Memorial. »

Et c’est exactement ce qu’ils ont fait.

Mais les étapes qui ont mené au but d’Anton Zlobin en prolongation contre les Knights de London, le dimanche du championnat, ont été à la fois méthodiques et remplies de défis.

MMC12 - 05-27-12 (4)

La partie méthodique a pris la forme de plusieurs transactions visant à renforcer l’équipe de Shawinigan. L’un des premiers joueurs à être acquis au cours de la campagne a été l’ailier Kirill Kabanov, un espoir des Islanders de New York à l’époque, qui était doté de grandes habiletés mais d’un passé mouvementé. Mondou était certain que Kabanov était la pièce manquante à Shawinigan, le troisième club du joueur étoile russe en moins de deux saisons.

« Kabanov était un gars qui avait bondi un peu partout et qui a eu des difficultés à certains moments. Mais pour nous, on voyait un jeune homme mature de 19 ans qui cherchait à se tailler une place dans la LNH », explique-t-il. « Il est arrivé avec la bonne attitude. Il était prêt et a été un excellent joueur pour nous dès le premier jour ».

Mais c’est à la ligne bleue que Mondou a effectué le plus grand remaniement. Un trio d’échanges, pour le solide Jonathan Narbonne, ainsi que les défenseurs étoiles Morgan Ellis et Brandon Gormley, a complètement changé la brigade défensive des Cataractes et a fait passer le club à un autre niveau.

« Nous savions que nous avions besoin d’aide en défense, alors nous avons conclu l’entente pour Narbonne un mois et demi avant la date limite pour nous assurer d’obtenir ce premier morceau », se souvient Mondou. « Morgan Ellis a été un joueur incroyable pour nous, mais je pense aussi que son échange a fait de lui un meilleur joueur ; ça lui a permis de voir une autre organisation après avoir joué au Cap-Breton pendant si longtemps. Nous l’avons utilisé dans toutes les situations. Et bien sûr, Gormley sortait d’une performance magistrale au Mondial Junior, alors toutes ces pièces se sont bien assemblées. Nous avions de la profondeur, nous avions du talent et nous avions les bonnes personnes en place ».

Ce qu’ils n’ont pas eu, c’est un parcours très long en séries éliminatoires.

Les Saguenéens de Chicoutimi traînaient vers le bas du classement lorsque, en raison d’un changement soudain de propriétaire, ils ont surpris la ligue en faisant l’acquisition d’un bon nombre de vétérans pour tenter d’allonger leur parcours en séries.

Ils ont fini par avoir le meilleur des Cataractes dans le septième match de leur série de deuxième tour. En rétrospective, la défaite en séries éliminatoires et la longue période de repos qui a suivi avant le début du tournoi de la Coupe Memorial se sont avérées être un mal pour un bien.

« En fait, cela faisait partie de ce que nous devions traverser, je pense », dit Mondou. « Évidemment, nous voulions gagner la Coupe du Président. Mais une fois que nous avons perdu, nous nous sommes améliorés en tant que groupe. Nous avons mis tous les égos de côté. Avec tous les grands joueurs que nous avions, les gars avaient certaines attentes. Ils s’attendaient tous à être sur la première ligne ou sur le premier jeu de puissance, alors cela a permis à tout le monde de prendre du recul et de réaliser que nous avions une équipe complète, capable de jouer pour la Coupe Memorial. »

Bien sûr, personne ne savait exactement à quoi s’attendre de la part des hôtes du tournoi au début de l’événement, incluant les Cataractes eux-mêmes. Bien qu’une défaite de 3-2 contre les Oil Kings d’Edmonton lors de la soirée d’ouverture ait causé quelques inquiétudes, certains de ces doutes ont été effacés grâce à un triomphe de 6-2 contre les Knights de London deux jours plus tard.

Puis sont arrivés les Sea Dogs de Saint John, champions en titre de la Coupe Memorial.

Ce printemps-là, les Dogs avaient remporté leur deuxième Coupe du Président consécutive. Ils avaient également perdu le droit d’accueillir le tournoi de 2012 au profit des Cataractes.

Il s’en est découlé une intense rivalité qui a culminée lors de l’événement de cette année-là.

Bien que les Sea Dogs ont forcé les hôtes vers un match de bris d’égalité grâce à une victoire de 4-1 en ronde préliminaire, ce sont les Cataractes qui ont eu le dernier mot en battant leurs rivaux de la LHJMQ 7-4 en demi-finale. Lorsqu’on lui demande s’il y avait une motivation supplémentaire en affrontant les Sea Dogs, Mondou n’hésite pas.

« C’est sûr », proclame-t-il. « Il y a une rivalité de longue date entre les deux équipes. Il semble que nos cycles de construction atteignent toujours leurs sommets au même moment. C’est comme ça depuis des années. C’est vraiment amusant, les partisans adorent ça. Remporter ce match nous a tous fait un grand bien. »

Tout cela a mené à la victoire spectaculaire en prolongation lors du dernier match de la saison de la LCH. C’était le point culminant d’une relation de longue date entre Mondou et la franchise.

MMC12 - 05-27-12 (1)

« Nous avons porté l’étiquette d’une organisation incapable de gagner pendant des années et des années, mais lorsque notre nouveau groupe de propriétaires est arrivé en 2007, nous voulions vraiment nous débarrasser de cette étiquette », dit-il. « Nous voulions nous concentrer sur la construction d’équipes qui compétitionneraient pour des championnats. »

« C’était un soulagement de gagner », poursuit-il. « J’avais été un partisan de l’équipe des Cataractes bien avant d’en devenir le DG. Donc, de pouvoir donner à nos fans une chance de partager ce championnat avec nous, était très spécial pour moi. »

Aujourd’hui, Mondou et les Cataractes sont dans une position similaire. Et même si les équipes de 2012 et de 2022, séparées par une décennie et d’innombrables changements d’effectif, ne se ressemblent pas beaucoup, deux facteurs très importants les unissent.

« Les deux clubs ont une mentalité de gagnants », déclare Mondou. « Et les deux vont me rendre fier pour le restant de mes jours. »

MMC12 - 05-27-12 (30)_V2

 

plus de nouvelles
Le Canada remporte l'or
Il y a 9 heures
2:31
Le parcours de Sylvain Losier
Il y a 2 jours
2:24
Top 10 - Arrêts de l'année
Il y a 3 jours
2:46
Top 10 - Les buts de l'année
Il y a 4 jours
Six joueurs de la LHJMQ sélectionnés pour représenter le Canada
Il y a 5 jours
Nos Anciens - De protecteur de son territoire à protecteur du peuple
Il y a 6 jours