MENU

La LHJMQ Pour Tous | Rane Carnegie : Un homme en mission

 

Lorsque Rene Carnegie est débarqué à Halifax à l’automne de 2004 pour se joindre aux Mooseheads, il amenait avec lui tout un bagage d’expériences vécues tant au hockey que dans sa vie personnelle.

Depuis ce temps, l’ancien capitaine des Mooseheads a eu de quoi remplir plusieurs vies avec les moments qu’il a vécus, autant les bons que les mauvais. Maintenant, il partage cette sagesse acquise afin d’éduquer, de défendre la justice sociale et de travailler afin de rendre hommage à l’héritage de son grand-père.

Après avoir grandi dans un foyer monoparental à Toronto, Carnegie a disputé trois saisons dans la OHL avant de se retrouver dans la LHJMQ. En grandissant dans le sport en tant que jeune homme de couleur, il s’est retrouvé vulnérable à quelques reprises alors qu’on lui lançait des insultes raciales uniquement dans le but de le tourmenter. Même s’il était attristé, Carnegie allait persévérer.

Éventuellement, il allait vivre ses deux saisons les plus productives – et pour lui, les plus amusantes – à Halifax grâce à des récoltes de 32 et puis 44 buts, en plus d’une participation à la finale de la Coupe du Président en 2005. À la suite de sa carrière junior, il se dirigea vers les États-Unis et l’Europe pour une carrière de cinq saisons dans les ligues mineures.

Le parcours sur lequel Carnegie s’est embarqué à la suite de sa carrière au hockey allait avoir encore plus de variété qu’un BBQ à Laredo, au Texas, ou bien qu’un vin et fromage à Gap, en France. À un certain point, l’homme de 35 ans était une étoile montante sur la rue Bay Street de Toronto, faisant sa marque et gagnant en influence dans le monde des finances.

Mais en quelques années seulement, tout avait disparu. La richesse, le travail, son mariage. La dépendance en était la cause. La cocaïne et l’alcool allaient entrainer Carnegie dans un gouffre dans lequel il manquait souvent la conviction de s’en sortir.

Mais éventuellement, c’est exactement ce qu’il a fait.

Sobre depuis maintenant plus de deux ans, Carnegie ne s’est pas uniquement donné la mission de rehausser sa qualité de vie, il s’est mandaté d’améliorer le sort de quiconque qui veut prendre le temps d’écouter les conseils qu’il a à offrir. Cette mission est en partie possible grâce à OWN Aces Sports Group, une organisation mise sur pied par Carnegie en janvier 2020 dans le but d’offrir du mentorat et d’offrir des conseils à ceux et celles qui en auraient besoin pour un sport quelconque ou dans leur vie de tous les jours.

La vision du groupe est simple et vise à corriger certaines des situations difficiles auxquelles Carnegie a fait face au fil des ans ; dans le but de créer une culture qui est inclusive, honnête et amusante. En plus du Groupe OWN Aces, l’ancien joueur étoile de la LHJMQ est en contact avec la ligue qu’il tient toujours en haute estime. Bien que son projet soit toujours au stade embryonnaire, Carnegie a approché les Mooseheads afin de prêter sa voix aux joueurs actuels pour discuter de ses expériences de vie, des choix qui s’offrent aux jeunes joueurs et auxquels ils continueront de faire face, ainsi que l’importance de l’inclusion et de l’égalité.

Ironiquement, l’inclusion et l’égalité sont au centre de la cause qui est de loin la plus importante pour Carnegie et son grand cœur. Ce qu’il faut comprendre d’abord et avant tout, est que le hockey est une affaire de famille chez les Carnegie. Un demi-siècle avant que Rane ait fait bondir les partisans de Halifax hors de leurs sièges, c’était son grand-père, le feu docteur honoris causa Herb Carnegie, qui épatait les foules aux quatre coins du Québec.

Le légendaire membre du Temple de la renommée du hockey Jean Béliveau, qui jouait aux côtés de Herb avec les As de Québec au début des années 50, considérait son coéquipier comme étant l’un des meilleurs joueurs avec qui il avait partagé la glace. Béliveau allait ensuite, bien évidemment, lancer une carrière avec les Canadiens de Montréal qui allait faire de lui l’un des immortels du sport. Herb n’allait pas avoir la même chance cependant, se voyant refuser plusieurs privilèges dû aux extrêmes préjugés qui semblaient impossibles à rayer du hockey de cette époque.

Aujourd’hui, Rane s’est donné comme mission de voir son grand-père être honoré tout comme son ancien coéquipier vedette. Après avoir livré plusieurs discours, discuté avec différents membres des médias et avoir lancé une pétition qui a été signée par plusieurs milliers de personnes en ligne, le mouvement pour voir Herb Carnegie être intronisé au Temple de la renommée du hockey ne cesse de prendre de l’ampleur.

Il est inutile de souligner que, advenant que le jour vienne où son grand-père soit honoré au Temple de la renommée, il s’agirait de l’un des plus beaux accomplissements de la vie de Rane Carnegie. Une vie qui en a vu beaucoup, mais qui en a encore beaucoup plus à offrir.

_

Voyez notre entretien complet avec Rane Carnegie (en anglais seulement), juste ici :

 

plus de nouvelles
3:04
Victo ajoute une autre victoire à sa fiche! Phœnix 2 Tigres 3
Il y a 22 minutes
2:25
L'attaque a fonctionné à plein régime pour Chicoutimi! Drakkar 2 Saguenéens 7
Il y a 32 minutes
2:25
Un match de 2 buts pour Spence! Foreurs 3 Voltigeurs 2
Il y a 35 minutes
2:14
Arrêts de la semaine Vaughn | 2 mars 2021
Il y a 2 heures
Joueurs du mois LHJMQ | Février 2021
Il y a 5 heures
Concours « Arranges-y le portrait! » | Gagnant Maxi Val-d'Or
Il y a 7 heures