MENU
Guillaume Beaudoin prend ses études au sérieux

Pendant que la semaine sur la persévérance scolaire se poursuit, le défenseur de l’Armada de Blainville-Boisbriand, Guillaume Beaudoin, nous parle de sa vie de joueur étudiant.

Le défenseur, qui aura 19 ans le 24 février, étudie dans le programme de sciences de la nature au Cégep de Saint-Jérôme. Il s’agit de sa 2e année après une première année moins facile. « Jusqu’à maintenant, ça va bien, mais la première année a été un peu plus difficile avec l’adaptation en pension et le Cégep, admis celui qui souhaite être architecte ou arpenteur-géomètre. En faisant mes sciences de la nature, ça m’ouvre des portes. »

Le numéro 77 de l’Armada nous raconte une journée typique, où il doit concilier l’école et le hockey. « Je vais à l’école 4 fois par semaine. J’ai des cours de 8h00 à 11h30. Je reviens à l’aréna et j’ai souvent une pratique de 13h à 14h. Ensuite, de 14h30 à 15h30, on a un entraînement hors glace dans le gym. Finalement, vers 16h00-16h30, je quitte l’aréna vers ma pension et je fais des devoirs. »

Même lorsque l’équipe joue un match à domicile la semaine, les joueurs doivent aller à l’école.

 

S’adapter sur la route

La partie la moins évidente à gérer est lorsque l’équipe est sur la route pour un long voyage, par exemple lors d’un périple dans les Maritimes. Les joueurs manquent plusieurs jours d’école et doivent reprendre le temps perdu. Néanmoins, plusieurs ressources sont disponibles, dont le conseiller pédagogique Harry Tassy, afin de faciliter les études dans l’autobus. « On a un conseiller pédagogique qui nous donne des devoirs. Pour ma part, j’ai pris des cours à distance. Quand on part sur la route, j’ai des programmes sur mon ordinateur, a confié le joueur originaire de Bécancour. Ce n’est pas facile, mais on est quelques joueurs en Sciences de la nature et on essaie de faire le plus de travaux possibles. »

Les joueurs de l’Armada ne sont pas seuls dans le bateau. L’organisation prend aussi au sérieux la réussite académique de ses joueurs. L’entraîneur-chef et président, Joël Bouchard, est au courant des bons et des moins bons coups de ses jeunes.

« Pour lui, l’école c’est important. On peut manquer une pratique pour aller reprendre un cours, a révélé celui qui a eu la mention de la plus grande amélioration scolaire. L’équipe nous paie des tuteurs lorsqu’on a plus de difficultés dans une matière. Joël nous aide beaucoup avec les études. »

« Nous sommes autonomes et on essaie d’être responsable dans les travaux qu’on doit faire, a-t-il continué. Lorsqu’on échoue un cours, on a un contrat de réussite et il peut y avoir des conséquences. On peut manquer des matchs si on échoue trop de cours. Cette année, les joueurs sont assez responsables. »

 

La LHJMQ sérieuse

Le débat fait rage depuis plusieurs années. À chaque séance de sélection, quelques jeunes joueurs menacent de quitter vers les États-Unis afin de poursuivre leurs études dans une université américaine.

Guillaume Beaudoin, qui a plus de 100 matchs joués dans la LHJMQ, soutient que les études ne sont pas reléguées aux oubliettes dans le circuit Courteau. « Je sais que depuis les 2 dernières années, l’école et l’encadrement se sont améliorés. Il faut demander les choses qu’on a besoin et jusqu’à date, je n’ai pas eu de problèmes, a-t-il décrit. Des gars dans l’équipe ont beaucoup de support de l’organisation. C’est sûr qu’on a plus de matchs que dans les collèges américains, mais l’école c’est important et des gars ont des belles carrières à l’université par la suite. »

plus de nouvelles
Logo pour le 20e, promotions et des voyages à venir!
Il y a 2 jours
Un vent de jeunesse souffle sur l’équipe de recruteurs
Il y a 6 jours
L’été de Marc-Olivier Duquette
Il y a 1 semaine
Le Phœnix tient son nouvel entraîneur des gardiens !
Il y a 1 semaine
Luke Green plus affamé que jamais
Il y a 1 semaine
Changement au département hockey des Voltigeurs
Il y a 1 semaine