MENU
Les joueurs de l’Armada se sont battus jusqu’à la fin
Vincent Éthier/LHJMQ Média

La belle histoire de l’Armada de Blainville-Boisbriand s’est terminée en grande finale contre les Sea Dogs de Saint John. La troupe de Joël Bouchard a été éliminée 4 parties.

Malgré la défaite dans la ronde ultime, l’Armada a connu un beau parcours dans les séries éliminatoires. Après avoir vaincu les Voltigeurs de Drummondville en 4 matchs, l’Armada a eu plus de difficulté contre le Titan d’Acadie-Bathurst. En retard 1-3 dans la série, ils ont réussi à renverser la série et se sauver avec la victoire en 7 rencontres. Par la suite, dans le carré d’as, l’Armada n’a fait qu’une bouchée des Islanders de Charlottetown en 5. « De se rendre en grande finale pour gagner la Coupe, c’est un accomplissement en soi, a avoué l’entraîneur-chef. Les gars sont arrivés en finale et voulaient bien faire. On faisait face à une bonne équipe. Pour rivaliser avec Saint John, il aurait fallu être à 100% à tous les niveaux. Nous ne l’étions pas. »

Le défi était immense en finale contre les Sea Dogs. L’équipe des Maritimes avait seulement 2 défaites à son actif dans les séries. De plus, l’équipe comptait plusieurs vétérans, dont 11 qui appartiennent à une équipe de la Ligue nationale de hockey. L’Armada n’a marqué que 4 buts en 4 parties, étant blanchie à 2 reprises. « On a fait face à une équipe qui était bien rodée, qui était plus mature, plus expérimentée et plus rapide. Ils avaient beaucoup de détermination avec 2 personnes affectés par le cancer dans leur organisation. Ils ont joué avec beaucoup d’émotions, a analysé le pilote, qui a mis le doigt sur le match-clé de la série. Je trouve que nos gars se sont tenus et battus ensembles. Le 3e match, je pense qu’il était à notre portée et qu’on aurait pu le gagner. On a eu des poteaux et manqué le but. De perdre ce match et de se retrouver à 0-3, il aurait fallu un effort extraordinaire pour gagner les 4 derniers matchs. »

« Nous sommes une équipe organisée et nos éléments n’étaient pas en position pour le faire. Pour battre Saint John, il aurait fallu que les étoiles soient alignées et qu’on soit extrêmement bon dans notre façon de jouer. Saint John ne nous a pas tellement laissé la chance d’être bon, a continué celui qui a gagné la Coupe du Président en 1992 comme joueur. Quand tu arrives là, la ligne est mince et tu dois être plus opportuniste. Il y a plein de petites choses qui n’ont pas bien étés. La meilleure équipe sur la glace a gagné. »

L’Armada a dû se débrouiller avec un gardien mal en point dans les dernières rondes. Véritable pilier de la défensive, le gardien Samuel Montembeault n’était pas à son meilleur. Il a subi une déchirure d’un muscle fessier dans le 2e match contre Acadie-Bathurst. Le numéro 33 a raté 2 parties afin de passer un test par résonance magnétique et avoir les avis des médecins. « Il a montré beaucoup de caractère à jouer blessé à partir de la série contre Bathurst. C’était une grosse différence pour lui. Il arrivait plus de bonne heure à l’aréna et ne pratiquait pas avec l’équipe, a décrit Joël Bouchard au sujet de l’espoir des Panthers de la Floride. Il y avait beaucoup de gestion. J’ai beaucoup de respect pour ça. Le jeune a donné ce qu’il avait à donner. Il aurait voulu être à 100% pour montrer ce qu’il était capable de faire. »

Pierre-Luc Dubois, Tobie Paquette-Bisson et d’autres joueurs trainaient des blessures.

Du renfort apprécié 

Dans son rôle de directeur gérant, Joël Bouchard a frappé 2 bons coups en faisant l’acquisition d’Alex Barré-Boulet et de Pierre-Luc Dubois lors de la période des transactions. Les 2 vétérans ont eu un impact immédiat avec leur nouvelle équipe. Avec l’Armada, Dubois a récolté 37 points en 28 matchs et Barré-Boulet 33 points en 28 rencontres. Dans les séries éliminatoires, ils ont été les 2 meilleurs pointeurs de l’équipe. « On savait qu’on gagnait en saison et pour aller à un autre niveau en séries, il fallait rentrer un peu plus de gars offensifs, a mentionné l’entraîneur-chef. On avait besoin de ce boost. Les joueurs nous ont forcés à faire ces transactions par leur performance. Les gars avaient du caractère et voulaient. Ils méritaient d’avoir du renfort. »

L’équipe des Basses-Laurentides a terminé la saison régulière au 5e rang avec 43 victoires en 68 parties. Joël Bouchard soutient que les joueurs lui ont forcé la main pour faire de grosses transactions. « On voulait vraiment partir avec le groupe qu’on avait et de voir où ils étaient pour nous amener. On a continué à s’améliorer, a dit Joël Bouchard, qui en était à une 3e saison complète comme entraîneur-chef. On a eu des périodes creuses qui ont été très bénéfiques. On s’est toujours relevés de ça et nous sommes entrés dans les séries avec beaucoup de professionnalisme. Les gars ont agi comme des pros et s’ajustaient à n’importe quelle situation. »

La conclusion de la saison 2016-2017 signifie la fin du parcours junior pour les joueurs de 20 ans Guillaume Beaudoin, TJ Melancon et Samuel Montembeault.

plus de nouvelles
Résumé de la première journée au Challenge des Recrues de Bishop's!
Il y a 22 heures
Horaire du camp
Il y a 22 heures
2 victoires pour débuter le Challenge des recrues
Il y a 22 heures
Les Sags toujours parfaits au Challenge des recrues
Il y a 22 heures
Les recrues du Drakkar brisent la glace
Il y a 22 heures
Les Huskies se sauvent avec la victoire
Il y a 2 jours