MENU

« Junior et Majeur », millionnaire au grand écran

 

Je suis allé voir le film « Junior et Majeur » au début de sa deuxième semaine de sortie au cinéma. Bon signe, la salle était pleine, surtout des adolescents et des jeunes familles qui ont probablement fait partie des plus de 232 000 cinéphiles qui ont vu la première partie du film, « Les Pee-Wee 3D » en 2012.

Déjà après 11 jours en salle, « Junior et Majeur » est millionnaire au chapitre des recettes, soit un de seulement trois longs métrages québécois à avoir atteint ce plateau en 2017, après « Bon Cop, Bad Cop 2 » et la coproduction franco-canadienne d’animation « Ballerina ».

Pour vous illustrer la situation et la mettre en contexte, il y a pratiquement autant de personnes qui ont assisté à ce nouveau film en une dizaine de jours qu’il y a eu de spectateurs aux matchs des Remparts de Québec au Centre Vidéotron lors des 10 premières semaines du calendrier régulier 2017-2018.

Ça messieurs, dames, ça s’appelle de la visibilité de produit « en s’il-vous-plait ».

Par ailleurs, on peut croire que la grande majorité de ces entrées au cinéma ont été enregistrées dans la grande région de Montréal et extrapoler davantage qu’un grand nombre de ces personnes n’ont jamais assisté à un seul match de la LHJMQ en personne.

Sans révéler trop de détails sur le scénario, l’histoire tourne autour d’une paire de joueurs des Saguenéens de Chicoutimi et on y voit plus tard plusieurs apparitions des Huskies de Rouyn-Noranda, notamment à l’occasion d’une confrontation des deux équipes en séries éliminatoires.

Le Centre Dave Keon et le Centre George Vezina (où, que vois-je, est accroché une bannière de champion de la Coupe Memorial!), y sont notamment bien en vue, tout comme le logo de la ligue.

Imaginez si seulement 10 % des personnes qui ont vu le film vont plus loin et se mettent à suivre les activités de la LHJMQ sur le Web ou à la télévision, ou bien qu’ils demandent un chandail ou une casquette des Huskies ou des Saguenéens.

Peu importe, ce sera une retombée directe pour la ligue.

Pour ce qui est du film en soi, je vous laisse aller le voir et vous faire une tête à savoir si vous aimez ou non. Les thématiques abordées permettront certainement aux parents d’avoir des discussions avec leurs ados, ce qui n’est pas non plus une mauvaise chose.

Contrairement à une autre série à venir qui portera aussi sur le hockey junior au Québec, la production du film « Junior et Majeur » a accepté de soumettre son scénario à la direction de la LHJMQ et d’y apporter quelques modifications suggérées, notamment en faisant valoir le programme d’aide aux joueurs qui font face, comme les protagonistes du film, à des situations corsées.

J’ai entendu quelques gouverneurs d’équipe dire qu’ils étaient heureux que ce film ne soit pas une parodie sur l’ensemble de l’œuvre.

Je leur répondrai, sourire en coin, que j’ai bien ri lors de quelques scènes de matchs dans le film. Notamment quand on voit les défenseurs de l’Armada et des Olympiques se faire contourner comme des cônes orange, considérant que les formations de Blainville-Boisbriand et de Gatineau figurent parmi les cinq meilleures défensives du circuit cette saison au chapitre des buts accordés.

plus de nouvelles
Bryan Lizotte nommé nouvel entraîneur-chef du Titan
il y a 2 semaines
Mario Pouliot est de retour avec les Huskies
il y a 2 semaines
Louis Robitaille sera un entraîneur d'une des équipes des moins de 17 ans
il y a 2 semaines
0:45
LHJMQ Extra: Le super-héro qui te représente le mieux
il y a 2 semaines
0:16
LHJMQ Extra: Ton joueur de hockey favori
il y a 2 semaines
1:11
LHJMQ Extra: Lui ou moi - Teasdale ou Crête-Belzile
il y a 2 semaines