MENU

En route vers un rendez-vous avec l’histoire

Quand une équipe sportive connaît du succès, le niveau d’intérêt – voire l’examen minutieux – envers celle-ci s’amplifie avec chaque nouvelle victoire. C’est en partie grâce à toute cette attention que les clubs qui réalisent de tels exploits de constance sont à la fois rares et célébrés.

C’est le cas des Huskies de Rouyn-Noranda. Gagnante de 22 matchs consécutifs à l’aube du week-end dernier, la meilleure formation de la LHJMQ a poussé sa série de victoires à 24 en limitant d’abord la meilleure offensive de la ligue, celle des Voltigeurs de Drummondville, à un seul but dans une victoire de 6-1. Les Huskies ont ensuite comblé un déficit de 3-1 en début de match contre les hôtes de la Coupe Memorial 2019, les Mooseheads de Halifax, pour finalement l’emporter 8-4. Il s’agissait d’ailleurs d’une équipe des Mooseheads qui n’avait accordé que sept buts à ses huit derniers matchs. Ensemble, les équipes de Drummondville et de Halifax avaient accumulé des points dans 22 matchs de suite avant de fouler la patinoire de l’aréna Iamgold.

En se fiant à des résultats de la sorte, il n’est donc pas surprenant que les Huskies aient galopé jusque dans une sphère rare. Au cours des 50 années d’existence de la LHJMQ, seulement quatre équipes ont remporté 20 matchs de suite ou plus. Voici les trois autres qui ont réussi le coup :

  • Les Éperviers de Sorel de 1973-1974

SÉRIE DE VICTOIRES – 25 MATCHS

Le début – Le 19 novembre 1973, menés par une performance de cinq points de Pierre Larouche, les Éperviers l’emportent 11-3 à domicile contre l’équipe d’expansion des Saguenéens de Chicoutimi.

Sa particularité – Cette série s’est produite à une époque où des matchs à caractère offensif n’étaient pas que chose commune, ils étaient un mode de vie dans la LHJMQ. Le fait qu’une équipe puisse remporter 25 victoires de suite (dans une série de 27 matchs sans défaite) dans une ère où pratiquement n’importe quelle équipe pouvait exploser pour une dizaine de buts à n’importe quel soir, en plus des dangers liés à ce style de jeu, rend cet exploit d’autant plus impressionnant. Le moins que l’on puisse dire est qu’il s’agissait d’une tout autre époque.

Matchs serrés – Très peu, bien honnêtement. Un des avantages d’avoir marqué un nombre record de 620 buts en une saison dans la LHJMQ est que lorsque la défensive ne se présente pas un soir donné, l’offensive réussit tout de même à prendre la relève. Durant leur série de victoires, les Éperviers ont marqué 10 buts ou plus à 15 occasions, incluant une série presque irréaliste de six matchs consécutifs avec 12 buts ou plus! Le premier trio composé de Pierre Larouche, Michel Deziel et Jacques Cossette a obtenu presque 300 points durant la série. Quatre matchs se sont décidés par un seul but en cours de route.

La fin – Sans surprise, le tout s’est terminé dans un festival offensif. Les Éperviers se sont rendus à Cornwall pour y affronter les Royals le 31 janvier 1974 et ils se sont retrouvés du mauvais côté d’un résultat de 11-5. Gary MacGregor des Royals marqua six de ses 100 buts de la saison dans ce match. Avons-nous déjà mentionné qu’il s’agissait d’une tout autre époque?

Par la suite – Les Éperviers établissent un record de la ligue avec 58 victoires et 117 points en une saison. Cette dernière marque a depuis été surpassée, mais le total de victoires, lui, a été égalé, jamais surpassé. La formation avait traversé les deux premières rondes des séries éliminatoires avant de s’incliner en six matchs contre les Remparts de Québec lors de la finale.

 

  • Les Olympiques de Hull de 1995-1996

SÉRIE DE VICTOIRES – 24 MATCHS

Le début – Le 22 novembre 1995, six joueurs différents – incluant les joueurs étoiles Martin Ménard et Pavel Rosa – ont trouvé le fond du filet dans une victoire de 6-3 contre les Voltigeurs de Drummondville.

Sa particularité – À la lumière des Huskies cette saison, il s’agissait d’une première série de victoires qui ne faisait pas partie d’une plus longue série de matchs sans défaite. Mais contrairement aux Huskies, cette série est survenue avant l’ère des tirs de barrage. Les matchs nuls existaient toujours. Mais tout comme Sorel, les Olympiques les ont évités tout au long de la série.

Matchs serrés – Bien qu’ils aient évité les matchs nuls, ils n’ont pas pu éviter les prolongations. Deux des matchs ayant presque mis fin à la série sont survenus dès le début. Premièrement, le 26 novembre, il a fallu un but de Jean-Guy Trudel en prolongation pour que les Olympiques repartent avec une victoire de 4-3 sur les Tigres de Victoriaville. Ensuite, le 1er décembre, les Saguenéens sont revenus de l’arrière pour combler un écart de deux buts et forcer une période de prolongation au cours de laquelle Ménard a trouvé le fond du filet après 4 min 26 s.

La fin – La série se termina de façon plutôt inattendue. Elle prit fin contre les Mooseheads de Halifax, une équipe d’expansion qui en était à sa deuxième saison. Bien qu’ils eussent terminé la saison 40 points derrière les Olympiques au classement général, le tout s’est avéré non pertinent, car deux buts de Mathieu Sunderland, un but en désavantage numérique de Jody Shelley et une performance de 34 arrêts de Jean-Sébastien Giguère ont joué des rôles majeurs dans le gain de 8-4 des Mooseheads, à Hull, le 28 janvier. De toutes les équipes dans cette liste, les Olympiques sont les seuls à avoir vu leur série être stoppée à domicile.

Par la suite – Une autre distinction discutable pour les Olympiques est le fait qu’ils sont la seule équipe dans cette liste à ne pas avoir terminé la saison régulière avec la meilleure fiche de la ligue. Bien qu’ils aient terminé la saison avec un nombre impressionnant de 52 victoires et 106 points, ils ont tout de même terminé huit points derrière les Prédateurs de Granby, les éventuels champions de la Coupe du Président et de la Coupe Memorial. Les Olympiques se rendirent en demi-finale ce printemps-là avant de s’incliner en cinq matchs face aux Harfangs de Beauport. Ils s’étaient toutefois rachetés la saison suivante, remportant la Coupe du Président et la Coupe Memorial sur leur propre patinoire.

  • Les Sea Dogs de Saint John de 2009-2010

SÉQUENCE DE VICTOIRES – 22 MATCHS

Le début – Le 17 octobre au Harbour Station, Jonathan Huberdeau ouvrait la marque alors que Mike Hoffman mettait un terme à la rencontre avec un but à la 12e seconde de la prolongation pour permettre aux Sea Dogs de triompher 3-2 sur les Wildcats de Moncton – une équipe qui sera encore mentionnée à quelques reprises dans cet article.   

Sa particularité – Comme la présente série des Huskies, celle-ci s’est déroulée dans l’ère post-tirs de barrage. Un tir mal placé durant les tirs de barrage ou une mauvaise soirée d’un gardien lors de l’affrontement à un contre un, peut non seulement mettre un terme à une série de victoires, mais aussi à une potentielle série de matchs sans défaite. Contrairement à la ligue pré-2005, pour qu’une équipe puisse y aller d’une série sans défaite, il lui fallait adopter une approche « gagner ou rien ».  

Matchs serrés – Comme nous l’avons vu ci-haut, cette série avait presque pris fin avant même d’avoir commencé, les Sea Dogs devant combler un déficit d’un but afin de forcer la prolongation au match numéro un. Elle est aussi passée à deux secondes près de se terminer le 30 octobre à Baie-Comeau. Les deux buts de Michael Kirkpatrick, un à 19 min 58 s de la troisième période et l’autre en cinquième ronde des tirs de barrage, ont procuré une victoire de 3-2 à Saint John. Les Sea Dogs avaient aussi eu besoin de tirs de barrage pour remporter un 14e match de suite le 20 novembre à Drummondville.

La fin – Les Sea Dogs se rendirent à (surprise) Moncton le 13 décembre en quête de leur 23e victoire consécutive. Après avoir pris une avance de 2-1 en début de deuxième période, les Wildcats y sont allés de six buts sans réplique, repartant éventuellement avec une victoire de 7-3. Les Sea Dogs sont donc la seule formation dans cette liste à avoir commencé et terminé leur série de victoires contre la même équipe.

Par la suite – L’entraîneur-chef Gérard Gallant a mené les Sea Dogs à 53 victoires et 109 points en saison régulière, des sommets dans la ligue. À seulement sa cinquième saison dans la LHJMQ, Saint John se rendit ensuite jusqu’en finale de la Coupe du Président pour y affronter – vous ne devinerez jamais qui – les Wildcats de Moncton. Dans ce qui est encore à ce jour la seule finale de la ligue à opposer deux clubs du Nouveau-Brunswick, les Wildcats ont défait les Sea Dogs en six matchs. Pour leur part, les Sea Dogs ont tout de même remporté les deux prochains trophées Jean-Rougeau et les deux prochaines Coupes du Président avant d’ajouter une conquête de la Coupe Memorial en 2011.    

 

MISE À JOUR – Les Huskies ont poussé à 25 leur série de victoires consécutives après avoir affronté les Cataractes de Shawinigan le mercredi 6 mars.

 

plus de nouvelles
2:26
LHJMQ | Analyse du Jour 2 du Repêchage LNH 2019
Il y a 1 journée
La LHJMQ bien représentée au Jour 2 du Repêchage LNH 2019
Il y a 2 jours
GALERIE : Les joueurs de la LHJMQ sélectionnés au Repêchage LNH 2019
Il y a 2 jours
2:29
Repêchage LNH 2019 | Point de presse Samuel Bolduc
Il y a 2 jours
2:31
Repêchage LNH 2019 | Point de presse Raphaël Lavoie
Il y a 2 jours
1:18
Entrevue avec Alex Beaucage au Repêchage LNH 2019
Il y a 2 jours