MENU

BLOGUE: Entraîneur-chef, un métier en constante évolution

 

Le métier d’entraîneur-chef dans la LHJMQ a beaucoup évolué au fil des ans, tout comme l’a fait le hockey. Les changements se font de façon progressive, et c’est l’évolution de l’athlète qui est souvent à l’origine de l’évolution du sport. Même si la nature du jeu demeure la même, le joueur d’hockey s’est quant à lui transformé au cours des ans.

Plus grand, plus gros et plus rapide, le hockeyeur d’aujourd’hui joue un style différent de celui des décennies précédentes. Et en parallèle à toute cette évolution, le joueur de hockey – comme le citoyen dans la vie de tous les jours – est mieux informé, et mieux entrainé. On n’agit donc pas avec les jeunes joueurs d’aujourd’hui de la même façon qu’on le faisait dans les années 70, 80 ou 90.


Communiquer

Le hockey junior n’échappe pas à la communication bien sûr. L’aspect le plus différent, à mon humble avis, est la façon de communiquer avec les joueurs d’âge junior.

Les joueurs sont aussi compétitifs que dans le temps, mais on ne s’y prend pas de la même façon. À l’époque, la voix de l’entraîneur se faisait entendre et les joueurs exécutaient. De nos jours, l’autorité doit encore s’installer, c’est primordial, mais il y a beaucoup plus de communication entre les joueurs et leurs entraîneurs.

Le rôle du coach a beaucoup évolué; les agents, les parents et les joueurs sont impliqués chacun à leur manière et l’entraîneur essaie de répondre aux attentes de tous. Mais son but principal demeure de faire progresser au maximum l’équipe, et chaque individu dans le groupe.


Adjoints

Les entraîneurs-chefs aiment bien impliquer leurs adjoints dans le quotidien de l’équipe puisqu’ils sont de plus en plus qualifiés. De toute façon, une équipe de hockey junior ne se gère plus à un seul homme, c’est impossible. Impliquer les adjoints permet à ces derniers de prendre de l’expérience, et d’être mieux se préparer à éventuellement occuper un poste d’entraîneur-chef.


Profil

Une compilation rapide des profils de chaque entraîneur-chef de la LHJMQ permet les conclusions suivantes. En moyenne, il est âgé de 43 ans, occupe son poste actuel depuis trois ans et demi, et compte près de cinq ans d’expérience comme entraîneur-chef dans la « Q ».

Présentement, 11 des 18 entraîneurs sont âgés dans la quarantaine, trois autres ont 50 ans ou plus, et quatre sont toujours dans la trentaine. Le plus jeune entraîneur-chef de la ligue est Josh Dixon des Sea Dogs de Saint John (34 ans), et le patriarche du groupe est Mario Durocher des Foreurs de Val-d’Or (54 ans). D’ailleurs, Durocher est maintenant à quelques victoires de sa 500e en carrière.


Stabilité

On retrouve une certaine stabilité dans le groupe d’entraîneurs-chefs de la LHJMQ. Cette saison, on compte seulement deux entraîneurs recrues (Dan Renaud et Josh Dixon), alors que plus de la moitié des équipes comptent sur le même entraîneur depuis plus de quatre ans. En termes de hockey, c’est un brin est au-dessus de la moyenne pour ces derniers.

Une chose est certaine pour moi, la LHJMQ compte sur un excellent groupe d’entraîneurs-chefs et on retrouve souvent dans leurs ombres des adjoints de grande qualité. Tantôt stratèges, tantôt confidents, tantôt autoritaires et souvent exigeants, ils ont tous à cœur le succès des jeunes et de leurs équipes.

plus de nouvelles
1:07
22 sept./18 Olympiques 3 Huskies 1
Il y a 12 heures
2:33
22 sept./18 Voltigeurs 6 Foreurs 2
Il y a 13 heures
1:09
22 sept./18 Mooseheads 3 Islanders 2
Il y a 13 heures
2:44
22 sept./18 Screaming Eagles 9 Titan 3
Il y a 13 heures
2:44
22 sept./18 Saguenéens 4 Drakkar 6
Il y a 14 heures
1:33
22 sept./18 Armada 5 Cataractes 1
Il y a 15 heures